Pourquoi être contre l'implantation d'un multiplexe à Salaise sur sanne?

    Etat des lieux

Le 22 octobre 2008, la CCPR (Communauté de Communes du Pays Roussillonnais qui réunit des élus de toutes les communes de l'agglomération Roussillonnaise) a voté la vente de terrains situés à Salaise sur sanne à une société immobilière. A ce jour (15/03/09) la CCPR a juste donné son accord pour la vente, mais la vente elle- même n'a pas encore été réalisée.

Si cette vente se concrétisait, c'est cette société immobilière, qui se nomme Fray, qui décidera de ce qui se construira sur ces terrains. Dans les différents projets évoqués, il y a celui d'un multiplexe. Cela n'est qu'un projet pour l'instant, comme tout les autres projets prévus sur cette zone. Il est important de le rappeler car on entend beaucoup de choses différentes à ce sujet dans l'agglomération.

 

    Pourquoi être contre l'implantation d'un multiplexe?

Je me propose de répondre à cette question en quelques points.

  • Parce que ce n'est pas viable dans l'agglomération de Roussillon sans porter une très grosse atteinte aux petits cinémas environnants

Pour être viable, le multiplexe tel qu’il est prévu devra faire 350 000 entrées par an.

Pour se rendre compte de ce que représente ce chiffre, il faut savoir qu’à l’heure actuelle, l'ensemble des petits cinémas allant de Pélussin au Nord à Tournon au sud, et même jusqu'à Beaurepaire à l'est, comptabilisent seulement 280 000 entrées.

Autrement dit, pour que le multiplexe survive il faudra qu’il fasse plus d’entrées que n’en font actuellement 7 cinémas.

Pour avoir un autre ordre d'idée, on peut essayer de ramener ce chiffre à un nombre de spectateurs par mois. 350 000 entrées par an celà veut dire 29 000 entrées par mois. Il faudrait presque 15 000 citoyens qui aillent au multiplexe 2 fois par mois pour réussir à couvrir les besoins du multiplexe.

Il y a alors seulement 2 solutions: soit ces 15 000 personnes se "créent" spontanément à l'ouverture du multiplexe pour venir remplir les salles sans toucher aux fréquentations des autres petits cinémas. Mais 15 000 personnes, dans une région comme la notre, c'est absolument énorme, celà représente 31,4% de la population de la communauté de communes, tout age confondus!

Soit dans ces 15 000 personnes, certaines seront des spectateurs des autres cinémas. Il y aura donc un manque à gagner pour les petits cinémas environnants qui peinent déjà à survivre. Même si ces spectateurs là n'iront pas forcément exclusivement au multiplexe, les films qu'ils y auront vu, ils n'iront pas les voir dans les "petits cinémas" qu'ils étaient habitués à fréquenter. Retirer quelques milliers de spectateurs à ces cinémas là, c'est les mettre très fortement à mal. A terme cela peut les faire couler. Et le rex sera le plus durement touché par cette réalité là, d'autant plus qu'il y a déjà la concurence du multiplexe de Vienne.

 En résumé il n'y a guère que deux options :

    - soit le multiplexe ne fera pas son nombre d'entrées, et il coulera: alors à quoi celà sert il de le construire?

    - soit il fait son nombre d'entrées et alors il faut bien que les specateurs viennent de quelque part; entre autres des cinémas environnants, ce qui à terme mettra très à mal leur économie.

Il n'y a donc pas de cohabitation possible entre le multiplexe et le Rex. C'est soit l'un, soit l'autre, mais économiquement, les deux ne peuvent pas cohabiter.

 

  • A cause de la programmation

Dans un multiplexe, il n'y a pas de place pour la diversité. 

Sa logique est celle de la rentabilité. Il coûte cher à construire, il faut donc faire beaucoup d'entrées pour le rentabiliser et aucun risque en terme de programmation ne peut être pris. Les films sont donc choisis pour leurs caractères connus, attendus ou parce qu'ils sont fait par des réalisateurs et acteurs reconnus. Pour le spectateur, cela ne laisse aucune place à la surprise ou à la découverte.

Bien sur il ne s'agit pas de dire que ces films doivent être balayés des programmations des "petits cinémas", bien au contraire. Ils sont agréables à voir et doivent continuer à être diffusés mais à coté d'autres films, moins connus, moins réputés, plus contreversés. C'est cet ensemble qui fait la diversité du Cinéma et un multiplexe ne peut, ne veut pas être dans cette logique là.

  • A cause du coût de l'entrée

Le prix moyen d'une entrée dans un multiplexe est de 8,4€.

Dans les petites salles, au rex du péage de Roussillon par exemple, il est de 6.5€. Une différence substantielle si on va au cinéma en famille ou plusieurs fois par mois.

 La conséquence immédiate et inévitable du tarif élevé du multiplexe sera la baisse de la fréquentation des salles obscures pour les foyers qui n'ont pas un budget extensible (et même pour ceux qui l'ont d'ailleurs!).

  •  A cause de l'absence de communication avec la population

Ancré dans une logique de rentabilité, un multiplexe n'a aucune volonté sociale et pédagogique.

Ce n'est pas son but, ce n'est pas son rôle, ce ne sont pas les directives qui sont donnés aux dirigeants des multiplexes. Les actions en directions de la populations, même si elles existaient (et je ne connais personnellement aucuns multiplexes qui en proposent!), n'auraient pour but que de remplir les salles.

 Bien sur, on pourrait rétorquer qu'il suffit de proposer des actions et de louer les salles du multiplexe pour les réaliser. Mais cela poserait alors une question de coût et surtout le problème de l'emplacement du multiplexe dans l'agglomération Roussillonnaise.

  • A cause de sa situation géographique

S'il se construisait à Salaise sur sanne, le multiplexe serait excentré de tout, y compris du centre de Salaise.

Les écoles environnantes, pour s'y rendre, devraient employer des moyens motorisés, de la même façon que les riverains. Le Rex, lui, comme la plupart des "petits cinémas", est situé au centre du péage et ce sont plus de 1500 élèves qui peuvent se rendre au cinéma sans aucuns véhicules. Il en va de même pour les riverains du péage et de roussillon.

Pour les autres communes, l'implantation à Salaise n'est pas meilleure. Le multiplexe serait situé dans le sud de l'agglomération, alors que le péage est au centre. Les habitants des petites communes du nord de l'agglomération devront faire plus de distance pour se rendre au cinéma. Celà concerne 14 communes sur 22! Pour mieux se rendre compte, voici une carte de la répartition des communes dans l'agglomération.

Construire un multiplexe, et avec lui toute une zone marchande, loin du centre des villes et villages, c'est déplacer les centres de vies, donc créer des déplacements de populations et la pollution qui va avec.

On vide ainsi les villes de leurs activités, un peu de la même façon que la construction des centres commerciaux à la périphérie des villes a fait mourir les petits commerces au centre (il n'y a qu'à voir l'état des commerces dans le péage et Roussillon, c'est une zone sinistré à ce niveau là). Ne plus rien proposer dans les centres villes n'est pas une avancée, loin de là.

"On ne peut pas aller contre le progrès" diront certains. Je répondrais qu'il ne s'agit pas d'aller contre le progrès mais de choisir comment progresser. On peut choisir de rénover, transformer, moderniser les petites salles existantes pour qu'elles proposent un cinéma tout aussi attractif que les gros complexes mais en respectant une certaine façon de penser et de voir le cinéma.

C'est ce que le collectif propose pour le Rex (à voir dans proposition pour le rex)

 

Ci joint, vous pouvez consulter la mini exposition faite par le collectif pour dénoncer le projet du multiplexe à Salaise sur Sanne:

Campagne - Exposition.pdf

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site